LOMBARDI Christophe


Biographie

Né à Huy en 1978. Jouissant dès l'enfance de prédispositions pour l'art, il acquiert par la pratique du dessin un grand sens de l'observation du monde qui le conduit naturellement à transcrire ses perceptions à l'écrit.

En 2017, il se trouve publié dans la revue "Portique" (n°108).

Bibliographie

Recueil poétique

Ongle de corne : Poèmes. Les Éditions Baudelaire, 2010. 153 p.

Nouvelles

Le Manoir, MaelstrÖm, 2015. (Bookleg ; 30 p.).

Prix

2ème prix Charles Deslandes 2016.

Accessit Poésie Côté Cours – L’Écritoire d’Estieugues 2016.

Apollon d'or des Encouragements et Poésie Libérée - Poésie Vivante 2017.

Textes


DISPUTE

Blotti dans le fauteuil, une coupe à la main,

Lourdement accoudé contre la cheminée,

Les yeux fixés à terre, et l’âme mutinée,

Céans, je pense au chant de mon sort inhumain.

 

L’espoir, qui me conduit du jour au lendemain,

Tente d’avoir du temps sur la pièce obstinée,

Venu vers moi promettre une autre destinée,

Me fait tomber plus bas que l’Empire romain.

 

Vous m’offrez votre jeu, brillants poignards du verbe,

Qu’en mon premier état je me nourris, acerbe,

Et passe par l’humeur à me conter souvent :

 

« Non, je ne trouve plus beaucoup de différence

À tenir le foyer ou voir l’irrévérence,

Car l’un n’est que fumée et l’autre un peu de vent. »

 

 

 

Commentaires


Article paru dans le journal L'Avenir, le samedi 06 novembre 2010.

AMAY - Inspiré de poésie ancienne, le premier recueil de l'Amaytois Christophe Lombardi brasse le mystique et chante le monde. La poésie? Elle est pour lui une forme de magie mystique et berce ses jours depuis le début de son adolescence. «Déjà dans mon enfance, j'étais dans le monde de l'art, souligne Christophe Lombardi, je dessinais énormément mais l'appel de la lyre a été plus fort.» Résultat? L'Amaytois, aujourd'hui âgé de (presque) 32 ans signe son premier recueil de textes à compte participatif aux éditions Baudelaire. L'occasion pour lui de s'exprimer, de transmettre la culture et, à l'instar des poètes anciens, de donner une explication physique, intellectuelle et spirituelle du monde en même temps que son ambivalence. «La poésie relève du mysticisme et de la magie, poursuit Christophe, elle permet de chanter le monde dans lequel nous vivons, le monde des dieux et, forcément, l'au-delà.» Largement inspiré de la culture antique gréco-romaine, du Moyen-Âge et des poètes du XIXe siècle (Rimbaud, Lamartine, de Nerval...) le recueil se décline en 12 poèmes, chacun représentant un mois de l'année. Avec, sous-jacente aux mots du poète, une tentative de réponse aux problèmes de l'homme face aux effets du temps, de la vie et de la mort. Il est aussi beaucoup question de spiritualité, dans cette première oeuvre, de philosophie aussi et d'une certaine quête de sagesse qu'un vocabulaire symbolique et emprunté aux anciens illustre. «Ce n'est ni plus ni moins ce que Rimbaud cherchait, analyse l'Amaytois. À travers ce cycle traversé par l'universalité et l'intemporalité, il y a tout ce que le poète doit rechercher.»

Se considérant comme «le chantre du monde», l'Amaytois qui a par ailleurs pris comme nom de plume Ongle de corne (en référence à la culture scandinave), voit aussi dans son écriture une manière de s'exprimer plus largement qu'avec la prose. «Je pense qu'il y a des choses à dire dans ce bas monde et quand quelqu'un veut s'exprimer, il doit le faire.»


Disponible(s)

Coordonnées