DERMEE Paul


Biographie

Paul Dermée, né Camille Janssens (Liège, Belgique, 1886 - Paris, 1951), est un écrivain, poète belge, critique littéraire et directeur de revues. Le mari de Céline Arnaud.

Après des études scientifiques, il s'essaie à la littérature en tant que directeur d'une revue liégeoise "Mosane". Il s'installe à Paris en 1910 et rencontre Guillaume Apollinaire. Grâce à ce dernier, il fait la connaissance des peintres Picasso, Juan Gris, Sonia et Robert Delaunay et des poètes Valéry Larbaud et Max Jacob.

En décembre 1916, il collabore à la revue d'esthétique "SIC" ("Signal Images Couleurs") de Pierre Albert-Birot, puis en mars 1917 à celle de Pierre Reverdy "Nord-Sud".

Ce même mois, il reçoit une lettre d'Apollinaire dans laquelle ce dernier tentant de nommer le nouveau courant littéraire naissant propose le néologisme "surréalisme" : « Surréalisme n'existe pas encore dans les dictionnaires, et il sera plus commode à manier que surnaturalisme déjà employé par MM. les Philosophes. »[1]

 Quand Guillaume Apollinaire en appelle au retour des valeurs classiques françaises, lors de sa conférence sur "L'Esprit nouveau" (26 novembre 1917), Paul Dermée reprend cette idée en expliquant que pour sa part, elle ne rejette pas les avant-gardes mais les inscrits dans la continuité de l'histoire.

 Découvrant les écrits de Tristan Tzara, il prend le risque (en temps de guerre) de la diffusion de la revue "Dada" en provenance de Zurich. En échange, il reçoit le titre de "Proconsul Dada".

 En 1927, il crée avec Michel Seuphor et Prampolini les « Documents internationaux de l?esprit nouveau »

Bibliographie

Le cirque du zodiaque, Les Cahiers du Journal des Poètes, 1937.

Oeuvres complètes, Tome1- Céline Arnauld,  Édition de Victor Martin-Schmets, 2013.

Textes


Les gemeaux

Les bras s'ouvrent pour l'accolade fraternelle Ce n'est pas une maîtresse que vous serrez contre votre coeur C'est une soeur! Ce n'est pas un frère ce jeune garçon qui vous émeut C'est un amant! L'amour se rit des normes et des nombres Et s'égare parfois sur des seins défendus Or ce besoin d'étreindre embrasse tous les objets Ceux que la loi propose                            Et c'est le vert laurier! La vérité nue et tremblante sous les outrages Le pain dur qu'on dispute au génie misérable Le sifflement du fouet ou du céleste appeau à frouer                           Et c'est la sainteté!

Commentaires