CHLORE Constance


Biographie

Née à Bruxelles en 1967, Constance Chlore vit actuellement à Paris. Romancière et poète, elle collabore régulièrement avec d’autres artistes dont le compositeur Alain Bonardi. Elle donne régulièrement à lire ses poèmes dans des revues (Midi, Koan, Fusées, Poésie/première etc.)

Elle fait régulièrement des lectures de ses poèmes et d’extraits de ses romans dans des librairies, cafés-littéraires et lors d’évènements publics.

Bibliographie

  • Atomium, éditions Atelier de l’agneau, France, 2014. Prix international de poésie francophone Yvan Goll 2014.
  • À tâtons sans bâton, éditions Punctum, Paris, 2005.
  • Nicolas jambes tordues, éditions La Fosse aux ours, Lyon, 1999.
  • L'Alphabet plutôt que rien. Éditions Éoliennes, 2017.
Obtention de la Communauté française de Belgique d'une bourse d'encouragement à l'écriture pour le roman L' (1994).

Textes


L’œuf transparent de ta blessure
 
La mémoire se déplace                                 
Sans bruit
Dans les pas
De ta très sauvage présence.
 
Sous la peau
La main creuse                               
Pénombre de l’abri
L’enfant fait son nid dans                                             
Des débris d’adulte.                                                                                                                                   
 
Vers le premier cri                                    .
Soleil brûlant                                                .
Le goût de l’enfance                                    
Les rapprochait :                                 
Tu es si chaud à l’intérieur de moi.         
Je pourrais te casser en deux                                                    
C’est toi qui le feras
D’une main fragile
Où j’ai sculpté ta force.
 
Qui manipule qui ?                                     
Qui ?                                          
                                                                  
Extases aux notes                                         
De murs muets                                                                                                 
L’aigu de l’air déchire
Le consentement vertigineux.
L’étreinte se relâche
Dans la fuite                                                                                                   
                                                                                       
Je me respire lentement.                                                                         
Je peux user de mon visage.                                    
Je suis l’inarticulé dans l’air                                                                      
L’haleine hors de ta bouche.
 
Nos corps devenus transparents                                               
Sans bulle où circuler ensemble                                                            
De libres recommencements
Attends
Il faudrait y rêver.
 
À la verticale de l’œil s’ouvre et se ferme le ciel.
 
Une danse violente
Les traces de la lutte incessante                            
Briseront                                                                                
Au seuil d’une vie plus large
L’œuf transparent                                                              
De ta blessure.                
 
Tes veines saillent à ton cou humide de cris 
Tu viens dans ma respiration
J’aime ton odeur d’enfant
Ces ruines que tu commences en moi.
 
L’œil retentit encore :
L’écho éparpillé de notre effroi.
Ton ongle se souvient :
Globes hérissés d’éclats.
Cette clarté dernière
À construire le cercueil
Oreilles coupées sur le couchant.
 
Au milieu des ossements  
Une découverte soyeuse :
On aime toujours comme un enfant
Assoupi
Sur l’immense ventre maternel.
 
À l’instant qui précède la disparition                
Le corps étreint des images de l’enfance.                  
Nous ignorons ce qui dans le jardin
Ronge
L’instant de la source.
                                                        
(Lied pour piano et ténor léger, composition musicale, Alain Bonardi, dans le cadre du concours Henri Dutilleux. 2007 ; interprété par Jean-François Chiama au Festival du Mois Molière, à Versailles, juin 2008. Traduction en flamand, 2012, revue Gierik n°114.)

Commentaires



Coordonnées